MANGE TES FRUITS ET LEGUMES : ma première tentative à faire fermenter des trucs

cuisine, Healthy life

Dans le but ultime d’améliorer mes rendements métaboliques et digestifs (on sait tous de quoi ça parle, pas la peine d’élaborer), j’ai récemment commencé à m’intéresser aux effets des probiotiques sur l’organisme, au travers notamment des processus de fermentation de certains aliments. Traduit en language courant : j’ai commencé à faire grandir des bactéries pour pouvoir les manger. Pour se faire je laisse pourrir des trucs en environnement contrôlé sur mon comptoir de cuisine.

Sur le principe ça paraît complètement gore, mais quand on y pense, plein de trucs super bon sont préparés en suivant un principe de fermentation : le chocolat, les yaourts, la bière, le vin, le cidre, le fromage, etc. Vous avez compris le principe…

En fait, des petites bactéries gentilles vont tranquillement grossir avec les fruits et autres aliments que je leur donne à manger, afin de rendre leurs sucres plus digestes – et plus saines – pour moi (et le American Husband, parce que oui, quand j’expérimente en cuisine, il en profite à fond). L’idée finale du projet étant de produire 1. du chutney de fruits, 2. des boissons fermentées (type limonade et ginger ale) et 3. du pain au levain.

Pour ce dernier point, n’est pas français qui veut.

En suivant les conseils trouvés ici, et , j’ai préparé deux trucs : un ginger bug (je connais pas les termes techniques dans la langue de Molière), et du levain. Et afin de rendre ça plus intéressant (pour qui ? On se le demande tous), j’ai décidé de documenter le processus au jour le jour.

Fermentation 1

JOUR 1 LA PREPARATION DU BORDEL

J’ai commencé par la préparation du ginger bug, qui ne nécessite que trois ingrédients :

  • Du gingembre – bio de préférence, les sulphites présents dans les produits traités pouvant tuer les bactéries responsables du processus de fermentation ;
  • Du sucre – j’ai choisi du rapadura, parce que je ne suis qu’une sale hippie et j’aime les produits complets au nom savant ;
  • De l’eau – du robinet quoi, même si celle-là a fait un tour par la carafe Brita.

J’ai ensuite tout bien mélanger dans un pot en verre propre, l’ai recouvert d’un morceau d’essuie-tout pour l’aérer, sans que la poussière de mon appart ne viennent y faire des petits, et l’ai juste laisser poser à côté de ma corbeille de fruits.

Même principe pour mon levain, qui lui pour l’instant fait sa vie dans un bocal en plastique, où j’ai melangé à parts égales (genre 100g./100g.) :

  • De la farine – ici de blé complet, j’ai prévu d’acheter de la farine de seigle dans la semaine ;
  • De l’eau tiède – toujours issue de mon robinet (pas filtrée celle-là)

 

JOUR 2 PREMIERS REPAS DES ENFANTS

Toute excitée au réveil, je vais jeter un œil à mes cultures… Le levain commence à faire des bulles, on est sur la bonne piste je crois !

Les premiers jours étant cruciaux dans la vie de mes cultures, j’ai bien fait attention à bien les nourrir. Pour le ginger bug, j’ai rajouté 20g. de sucre, 20g. de gingembre, et 2cl. d’eau. Pour le levain, j’ai balancé la moitié de la mixture (qui m’a littéralement péter au visage le salaud), et j’ai rajouté 50g. de farine, et 5cl. d’eau.

En fin de journée, le levain a fait une première tentative d’évasion (le fourbe !), et le ginger bug commence à sentir l’alcool. Youpi.

 

JOUR 3 MISTAKES WERE MADE

Angelina (le petit nom donné à mon ginger bug) continue à vivre sa vie : elle est sent bien fort l’alcool, mange bien (nomnomnom), et va entrer en action dans quelques jours pour la réalisation de ginger root beers et chutney.

J’ai cependant fait une erreur de manipulation avec mon levain, et le pauvre n’a pas passé la nuit… Zut… Donc rebelote on recommence depuis le début ! J’apprend de mes erreurs !

fermentation 2

Mon ginger bug, séparé correctement, qu’il est beau ! 

UNE SEMAINE PLUS TARD…

Suite à une urgence familiale, j’ai dû accélérer le processus et mettre en bouteille mon ginger bug (mon levain n’a pas survécu, qu’il repose en paix) afin de pouvoir rentrer à Paris. J’ai donc suivi une recette de ginger beer trouvée , et sur les deux bouteilles préparées, une a fermenté correctement.

Semi-victoire donc pour moi et mes expériences culinaires, mais j’apprend de mes erreurs, et vais bien finir par réussir à faire du pain ! Prochaine étape, reprise du levain et des ginger beer, et j’ajouterai une première tentative de kimchi (une fois que j’aurai localisé un daikon).

Va trouver un daikon en Belgique en juillet…

Advertisements

L’été des festivals : OKFest – parc national de Sutjeska, Bosnie-Herzégovine

voyage

Comme expliqué , j’ai une affection particulière pour les pays des Balkans, car malgré son histoire pour le moins… compliquée (c’est pas peu dire), la région dispose d’un potentiel touristique énorme. Alors quand mon pote Šaja m’a proposé en 2015 de le rejoindre pour un festival – OKFest – au cœur du plus vieux parc naturel de Bosnie, le parc de Sutjeska, je n’ai pas hésité longtemps. Et comme prévu, mon séjour fut tellement exceptionnel que je m’étais promis de revenir.

OKFest 5

Le 30 juin dernier je me suis donc envolée pour Sarajevo, où j’ai eu la chance de passé quelques heures en compagnie de ma copine Sana (comme quoi tous mes potes locaux sont blogueurs), avant d’être récupérée par Šaja. Je vous passe les détails de notre première soirée de débauche, où j’ai dû boire mon poids en bière (ça va pas chercher loin tu me diras), puisque la partie la plus intéressante a commencé dès le lendemain matin. Nous nous sommes mis en route pour deux des plus belles parties du parc : la cascade de Skakavac, située au cœur de la dernière forêts primaire d’Europe, et le lac de Trnovačko, situé du côté Monténégrin du parc (environ 2h de rando).

Pour la partie biologie, une forêt est primaire grâce à son à haut degré de naturalité n’ayant jamais été détruite ni très exploitée, ni fragmentée ni directement ou manifestement influencée par l’homme. Et effectivement, la route est exceptionnelle et très bien préservée. Les photos parlent d’elles-même.

DSCN2502

Dans le coin à gauche, la cascade de Skakavac

Et outre les paysages à couper le souffle, j’ai pu écouté d’obscures groupes issus de part et d’autres de l’Ex-Yougoslavie… Et bien ça envoie du lourd !

OKFest 3

Traverser les frontières…

OKFest 4